Fonds International des Etudes Chinoises

Comprendre le Monde Chinois

Mission

Y a-t-il quelque chose de plus important en ce début de 21ème siècle que d’étudier la Chine ? Y a-t-il quelque chose de plus pertinent que d’étudier les dynamiques et les réalisations des communautés et sociétés chinoises au-delà de la Chine ? Le FIEC fait le constat qu’en France et en Europe,  un sérieux déficit de connaissance et de compréhension existe sur ce que la Chine représente  aujourd’hui, sur sa trajectoire historique au cours du siècle écoulé, et sur la complexité et la diversité des sociétés chinoises dans le monde moderne.

Le FIEC se donne pour mission de créer les conditions de production et de circulation d’un savoir approfondi sur les sociétés chinoises, ancré dans une recherche académique dynamique et indépendante. Sa cible principale sont les universités et les organismes de recherche français qui n’ont pas réussi à adapter leurs recrutements et leurs programmes de formation pour répondre aux défis du 21ème siècle. Il est urgent de fournir le niveau d’expertise adéquat pour une rencontre et un dialogue fructueux avec la Chine et les sociétés chinoises modernes.

Quelle Chine ?

L’ascension de la Chine en tant que superpuissance sur la scène mondiale est une réalité que peu pouvaient imaginer en France et en Europe lors de la création du FIEC. En dépit d’une longue histoire de contacts et d’échanges entre la Chine et plusieurs pays européens, dont la France, la connaissance de la Chine, et surtout les véritables recherches sur l’histoire, la culture, la politique, l’économie ou la science chinoises sont en retard dans le monde universitaire français. Dans toute l’Europe, les niveaux de développement sont très inégaux, mais dans la plupart des pays, on constate un net déficit en ressources et en postes universitaires.

La Chine et au-delà

La Chine en tant qu’entité géopolitique est bien sûr au cœur de la stratégie de l’IECS pour développer les connaissances et la recherche à son sujet. Cependant, si on déplace le regard de la Chine en tant qu’entité géopolitique vers les Chinois en tant que peuple présent sur les cinq continents, une image plus complexe et plus riche émerge, qui englobe une multitude de communautés et de sociétés partageant une culture, une écriture et des valeurs communes.

Depuis des siècles, les Chinois ont migré dans toute l’Asie, puis, à partir du XIXe siècle, dans de nombreuses régions du monde. C’est un processus qui se poursuit encore aujourd’hui et qui a abouti à la formation de larges communautés chinoises en Asie du Sud-Est, puis aux États-Unis, et plus récemment en Europe ou en Afrique. L’histoire moderne a  également contribué à remodeler les contours des sociétés chinoises, avec l’émergence d’entités distinctes comme Singapour ou Taïwan.

Le FIEC ne porte aucun jugement et ne prend pas parti sur les questions de nom et de statut des communautés et sociétés chinoises en dehors de la Chine proprement dite. Sa position est qu’il existe une réalité historique tangible qui nécessite une analyse et une compréhension minutieuses, ce qui ne peut être fait qu’à travers une recherche académique critique. Le FIEC entend soutenir cette recherche et faciliter le dialogue et la compréhension mutuelle.

A propos

Le Fonds International des Etudes Chinoises (FIEC) est une fondation basée en France qui vise à soutenir l’excellence et l’indépendance de la recherche académique sur les sociétés chinoises modernes, en particulier la Chine moderne, à travers des programmes consacrés au recrutement  de jeunes chercheurs innovants, au financement de projets de recherche critiques et à la création d’une bibliothèque numérique de rang mondial sur le monde chinois. Le FIEC vise à soutenir une communauté dynamique de chercheurs passionnés par la Chine. Son objectif est d’encourager une recherche critique, empirique et  raisonnée.

Qui sommes nous ?

Le Fonds International pour les Etudes Chinoises a été créé en mars 1990. Sa mission principale consiste à soutenir les chercheurs dans les institutions académiques en France et en Europe pour qu’ils entreprennent des projets de recherche innovants dans le domaine des sciences humaines et sociales, susceptibles d’apporter un éclairage nouveau sur la culture et la société chinoises contemporaines. 

Le FIEC soutient la recherche par des activités de subvention en France et dans d’autres pays de l’UE dans le cadre de trois programmes principaux :  Bourses de recherche, Chaires pour jeunes chercheurs, et Bourses de dissertation. Il soutient également une infrastructure de recherche majeure sous la forme d’une bibliothèque numérique unique dotée de riches collections sur les sociétés chinoises et dotée de capacités de recherche et d’analyse avancées.  Le FIEC est résolument engagé dans la promotion de l’érudition académique et la production de connaissances innovantes au sein de la communauté académique européenne.

Le Conseil d’administration est l’organe  de décision et d’orientation du FIEC. Il existe également un comité des investisseurs.

Mission

La mission principale de l’IECS est de créer les conditions propices au développement d’une recherche scientifique dynamique sur le monde chinois en France, mais avec une perspective et un agenda plus larges au niveau européen. Pour atteindre cette mission, elle concentre ses actions sur deux domaines :

– Créer et développer la Bibliothèque numérique du monde chinois du XXIe siècle, une infrastructure de recherche en ligne gratuite ouverte à tous les chercheurs et étudiants spécialisés sur la Chine et le monde chinois, ainsi qu’à tous les acteurs sociaux et décideurs. Les ressources documentaires constituent un facteur essentiel pour soutenir la recherche innovante, construire de nouvelles connaissances et faciliter les échanges intellectuels. Au-delà des chercheurs, il est également crucial de mettre à disposition des ressources documentaires à un public plus large intéressé par la Chine et les sociétés chinoises (entreprises, médias, artistes, etc.). La Bibliothèque numérique du monde chinois du XXIe siècle acquerra des ressources numériques pour répondre à la quantité massive de données et de documents numériques produits en Chine et dans le monde entier sur la Chine et les sociétés chinoises.

– Une série de programmes spécialement dotés pour soutenir des projets de recherche (Bourse de recherche), de jeunes chercheurs en début de carrière (Chaire de chercheur junior) et la rédaction de thèses (Bourse doctorale). L’IECS accorde la priorité à la production de nouvelles connaissances innovantes et au recrutement de la prochaine génération de chercheurs, d’où une mobilisation privilégiée de ses ressources pour les programmes de Fonds de recherche et de Chaire de chercheur junior.

Les objectifs et les modalités des différents programmes sont décrits dans la section Programmes.

France et Europe

L’IECS est une initiative lancée par un chercheur français dans le but explicite de pallier le manque alarmant de ressources et de recherches sur les sociétés chinoises modernes en France. Malgré une longue histoire d’études “sinologiques” qui a commencé avec les jésuites au XVIIIe siècle, les études chinoises ont mis du temps à se développer en France et en Europe, avec une part importante consacrée à la philosophie, à la langue et à la littérature. Dans le domaine des sciences sociales, les universités ont échoué à intégrer dans leurs départements des chercheurs spécialisés sur les sociétés chinoises. Dans toute l’Europe, à quelques rares exceptions près, il n’y a pas eu d’augmentation de l’expertise nécessaire à la mesure de l’ascension de la Chine en tant que superpuissance.

Alors que de grandes universités américaines comme Stanford ou Harvard soutiennent des centres de recherche solides sur la Chine — grâce à des dotations importantes — le système des universités publiques en France, ainsi que les traditions intellectuelles qui distinguent les études chinoises, n’ont pas réussi à fournir un contexte institutionnel comparable. Pourtant, la France dispose également de ressources considérables, notamment des chercheurs, qui peuvent offrir leur expertise dans de nombreux domaines concernant la Chine.  L’IECS est convaincu que ce potentiel reste inexploité et cherche à soutenir ces talents et à fournir les ressources documentaires qui font également cruellement défaut.

Le champ d’action géographique de l’IECS est axé sur la France en tant qu’étape première et nécessaire — il existe un potentiel considérable que l’IECS a l’intention de mobiliser pour changer la vision du monde et les modes de recrutement des universités et des institutions de recherche françaises — mais son objectif ultime est de servir une communauté plus large et d’ouvrir ses programmes aux candidats d’autres pays européens, dans le but de soutenir des centres d’excellence sur la Chine et les sociétés chinoises.

Write to us